Les étapes du recyclage automobile

Rien qu’en France, 1,5 million de véhicules hors d’usage ou VHU partent à la casse chaque année. Or, il est tout à fait déraisonnable d’éparpiller les déchets qui en résultent, d’autant plus que ces engins renferment des substances toxiques et polluantes telles que le lithium de la batterie, l’huile de vidange et le fluide de climatisation. En savoir plus : http://www.cassauto06.com/. De plus, environ 82 % de la masse de la voiture est récupérable, ce serait dommage de gaspiller autant de matière. Le recyclage automobile s’impose, alors, comme une solution à la fois économique et écologique. Pour que ce processus se fasse aux normes, il convient de contacter une entreprise de casse automobile agréée. Voici les étapes du recyclage automobile :

  • La dépollution : toutes les substances potentiellement nocives sont extraites du véhicule ;

  • La compression et le broyage : l’épave est, soit broyée, soit compressée dans une presse hydraulique, soit taillée en morceaux avant d’être envoyée dans un centre de broyage ;

  • Le recyclage : les matériaux réutilisables sont remaniés vers une industrie automobile pour être exploités.

  • L’enfouissement en décharge ou la valorisation énergétique : les résidus non valorisables issus de la destruction sont supprimés en centre de stockage ou par incinération. Les déchets toxiques et polluants sont éliminés. Les matériaux combustibles tels que les pneus et l’huile de vidange passent par une valorisation énergétique.

Les normes pour la prise en charge des pièces toxiques

Les déchets toxiques provenant de la casse auto sont triés et collectés par un prestataire spécialisé. Découvrez le site : http://www.cassauto06.com/demontage-destruction/. Avant que les pièces soient transportées vers les centres d’élimination agréés, elles sont entreposées ailleurs. En effet, le stockage d’une grande quantité de ces résidus sur le site pourrait occasionner des déversements ou de graves incendies, ce qui polluerait davantage l’environnement. Un programme de prévention et d’intervention est donc instauré à cet effet. Il implique de contrôler régulièrement les lieux d’entreposage des pièces toxiques. Si elles sont stockées dans un conteneur, il faut que ce dernier soit surélevé pour que les vérifications soient plus faciles à faire. Les réservoirs ainsi que la tuyauterie ayant été en contact avec des produits toxiques sont enfouis dans le sol et leur état doit également être fréquemment surveillé. Afin de diminuer les risques de déversements toxiques dans la nappe phréatique, il faut déposer des éléments absorbants aux alentours du lieu de stockage. En cas de déversement, il est de rigueur d’intervenir pour le stopper, de signaler le Ministère du Développement Durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, puis de nettoyer et traiter les zones contaminées.

Les documents obligatoires à fournir

Avant de contacter une entreprise de recyclage VHU, il faut se munir des pièces suivantes :

  • Certificat d’immatriculation signé avec les mentions « vendu le … pour destruction » ou « cédé le … pour destruction » ;

  • Déclaration de perte si le certificat a été perdu ;

  • Avis de retrait de carte grise (par la police) ou attestation de remise de carte grise (par la préfecture si la voiture est accidentée) ;

  • Document prouvant la propriété si l’auto est vieille de plus de 30 ans et qu’elle n’a pas de carte grise ;

  • Certificat de situation administrative (non-gage) valide

  • Formulaire administratif Cerfa nº 15776*01 indiquant les coordonnées de l’entreprise de recyclage VHU et son numéro d’agrément (3 exemplaires : l’original est remis au centre VHU, une copie à la préfecture et la dernière au propriétaire de la voiture)

Le certificat de destruction est délivré au propriétaire après remise de tous les papiers obligatoires par la société de recyclage auto. Elle transmettra, ensuite, une photocopie du dossier au préfet du département de son choix.

2 semaines après avoir commencé les démarches, il faut donner une copie de la déclaration de cession pour destruction, le coupon séparable de la carte grise et le certificat de destruction le cas échéant à n’importe quelle préfecture ou sous-préfecture française. Il est également possible de contacter le service des cartes grises de la préfecture de police de Paris.

Dans le cas où la voiture a été immatriculée à l’étranger, il faut donner la carte grise à l’entreprise de recyclage VHU, et elle l’enverra à la préfecture avec le certificat de destruction. Cette dernière prendra contact avec la préfecture du pays d’immatriculation du véhicule.

Articles de la même catégorie :